John Armour 1929 -2012

Depuis 1974, John Armour a composé ces Méditations inspirées des Écritures. Ces Méditations sont lues après la Sainte Communion à chaque dimanche dans notre église.

Né en 1929 dans un quartier industriel de Glasgow en Écosse. John est un des cinq enfants de la famille (trois autres enfants sont morts en bas âge). Dès l’âge de dix ans, ses études sont interrompues par la Seconde Guerre Mondiale. Il arrête ses études à douze ans. Comme servant de messe, John assiste à la Messe à tous les jours ; il sert aussi fréquemment à la bénédiction du Saint-Sacrement le soir. Pauvre de biens matériels mais combien riche de bons parents catholiques. Quelle bénédiction! Il se nourrit de la lecture de la vie des saints ; les favoris de son enfance sont saint Jean Bosco, saint François d’Assise et saint Jean Vianney (le saint curé d’Ars.)

À seize ans, après des années comme manœuvre, il songe à la prêtrise. Suivent cinq années au séminaire qui contribuent à son instruction et à son développement spirituel, mais sans ressentir d’appel à la prêtrise.

Retourné à Glasgow, il se qualifie comme comptable agréé en 1957 à l’âge de 28 ans. Il semble maintenant que la route est toute tracée pour lui : une profession comme comptable à Glasgow. Mais Dieu a un autre projet pour lui…

Répondant à la lettre encyclique du pape Pie X11, il se porte volontaire laïc pour servir l’Église d’Afrique, avec l’intention d’y rester deux ans. En 1959, il est assigné au Lesotho (en ce temps Basutoland). Il travaille dans un petit Collège Catholique pour étudiants de couleur exclus des études supérieures en Afrique du Sud. Il enseigne aussi auprès de la population illettrée Basuto. Il fonde un club pour au-delà de 500 garçons et une école du soir pour l’instruction des gangs de rue. Pendant ses années au Lesotho, il est un membre fondateur d’une nouvelle Université qui accueille les étudiants du Lesotho, du Botswana et du Swaziland. Dans sa dernière année au Lesotho, il travaille à la formation des chefs locaux et des fonctionnaires du gouvernement autonome.

Dans sa vie personnelle, John retourne en Écosse pour un bref séjour; là il épouse Maureen avec qui il retourne en Afrique où leurs trois enfants sont nés. Ils partent du Lesotho à la fin de 1966 et arrivent au Canada avec leurs trois enfants alors âgés de cinq, trois et un an. Depuis le début de l967, John et Maureen sont des membres actifs de notre famille de foi à St-Luc. Ils sont maintenant grands-parents de cinq petits-enfants.

Au Canada, John exerce sa profession à l’Université McGill de 1966 jusqu’à sa retraite en 1995 alors qu’il occupe le poste de Vice-Recteur Administration & Finances. En plus de son travail à McGill, il fait du ministère auprès des drogués dans un Centre de Réhabilitation et auprès des mourants à l’Unité des Soins Palliatifs à l’Hôpital Royal Victoria.

À la paroisse St-Luc, il s’implique dans la préparation des retraites et des programmes de développement spirituel, RCIA (préparation des adultes aux sacrements), membre de l’Équipe Pastorale, ministre de Communion, chantre, etc.

Retournant au sujet des Méditations, John y voit leur origine dans son implication dans le mouvement du Renouveau Charismatique. Mgr Mooney, le pasteur en 1974 a introduit ce mouvement dans la paroisse. John décrit comment à travers le renouvellement de l’onction de l’Esprit Saint sa vie de prière s’est approfondie. Il acquiert alors un amour renouvelé pour la Parole de Dieu. Il insiste: l’Esprit Saint est la source de toutes les bénédictions découlant de ces Méditations.

Ces méditations ont été traduites par l'abbé Roger Martineau et quelques paroissiens et paroissiennes.